Et voici peut-être le plus extraordinaire de cette histoire... Après avoir acquis et travaillé sur la correspondance du capitaine Monrozier, transcrit l’historique du 118e territorial, emprunté et transcrit intégralement les décisions de l’année 16, acquis les décisions des années 14, 15,17 et 18, m’est apparue une évidence criante...
Je demeure à une vingtaine de kilomètres du cimetière de Chambry (Seine-et-Marne) et je le connais bien. Et j’avais photographié voici plusieurs années la tombe Nanta. Mais jusqu'à juillet de l'année 2004, je n'avais pas fait le lien.
Je souhaite, j’espère un jour en savoir plus. Car en fait je ne sais rien de cette famille Nanta. Le lieutenant-colonel était âgé. Qui s’est occupé de cette tombe ?
Ce mystère m'ennuie.
Vous apprendrez bientôt, au fil des lectures des décision du chef de corps du 118e RIT la façon dont celui-ci a communiqué à son régiment l’annonce de la mort de son fils.

nanta_lieutenant_colonel_livre_dor

Le père : Amédée Nanta, lieutenant–colonel commandant le 118e RIT. Commandeur de la Légion d’honneur.
Dégagé de toute obligation militaire, a repris volontairement du service à l’âge de soixante ans. Au front depuis novembre 1914, à la tête d’un régiment territorial, a donné, à maintes reprises, les plus belles preuves de bravoure et d’énergie. Possède un réel ascendant sur ses hommes et a fait de sa troupe une unité entraînée et bien en mains, dont il a obtenu, dans la défense et l’organisation de secteurs délicats, les meilleurs résultats. Deux blessures. Une citation.

nanta_lieutenant_livre_dor

Le fils : Nanta Henri, lieutenant au 1er Zouaves. Citation :
"Sa section de mitrailleuses ayant été mise hors de service a pris le commandement d’une section de la compagnie voisine ; blessé au bras, puis atteint d’une seconde blessure, n’a pas voulu quitter sa section et est tombé mortellement frappé après avoir fait preuve de qualités et d’énergie au dessus de tout éloge." ( l’indication 7e Zouaves sur le document est erronée ).

Et bien entendu des cartes postales anciennes de ce cimetière de Chambry, il en existe beaucoup. Et depuis une vingtaine d’années, des photos de ce cimetière, j’en ai faites... Mais je ne savais pas que c'était le fils du colonel du 118e territorial qui y était enterré.

tombes_zouaves_chambry

plaque_cimetiere_chambry

chambry_tombe_nanta_fils

Le cimetière de Chambry en 1915

Vue actuelle de la plaque sur le bout de mur conservé

Tombe du lieutenant Henri Jean François Nanta du 1er de marche de Zouaves