*Les commandants de Cie. retireront immédiatement les deux jours de vivres de réserve dont sont pourvus les hommes du détachement venu d’Avignon et les remettront à ceux désignés pour le prochain départ.

*Les compagnies fourniront, mardi 13 : 1° un état nominatif des gradés et hommes présents au camp de Massillan, auxquels il est dû un arriéré de solde ; la somme due sera portée en face de chaque nom ; 2° l’état des sous-officiers partis avec le détachement de Langres – Chaumont, avec le montant du rappel de l’indemnité des troupes en marche.

*Brancardiers. – Tous les brancardiers partants seront remplacés par des malingres pris parmi ceux désignés par les médecins de bataillon, comme pouvant difficilement faire campagne. Les noms de ces hommes seront donnés par les compagnies au rapport du 15 ; le 14, sur le terrain, les brancardiers verseront au lieutenant Stéfani les brassards dont ils sont détenteurs ; chaque caporal remettra les 17 brassards du bataillon ; ces brassards doivent être, à l’avenir, portés par les musiciens, tandis que les brancardiers reçoivent, par les soins du service de santé, le brassard international de Genève.

*Tailleurs. – Les tailleurs des 6 premières compagnies seront rendus demain matin à 10 h., pour la soupe, à Fontaine et pris en subsistance par la CHR. ; ils apporteront avec eux les effets de leur compagnie qui auraient besoin de réparations ; M. le commandant du 1er bataillon enverra, au besoin, à Fontaine, une voiture pour apporter les effets du 1er bataillon ; en passant à Ruffey, cette voiture prendra les effets que la 6e y fera apporter de Bellefond ; le commandant de la 5e Cie. enverra les siens comme il le pourra.

*Tirs. – Mardi, tir pour le 2e bataillon à Montmuzard et jeudi pour le 3e ; les nouveaux arrivés prendront part à cet exercice, mais sac vide ; on ne leur fera brûler, si le temps manque, que 4 cartouches ; de même, pour la marche de mercredi, ils prendront le sac vide et pas de cartouches.

*Tambours, clairons, musique auront, à l’avenir, et à jour fixe, choisi par le chef de musique, le matin de 7 h. à 10 h. une séance pour répéter ensemble. – M. le docteur Fabre fera également, une fois par semaine, après s’être entendu avec le chef de musique, une séance pratique de soins à donner aux blessés, pour les musiciens.

*Les compagnies enverront demain, sans faute, à Fontaine, les colis et postaux arrivés à l’adresse des hommes partis pour Langres et Chaumont. – Ne pas oublier de retourner les sacs emballages.

*Relève de la garde. – A dater d’aujourd’hui la relève des gardes aura lieu à 10 h. 30.

*Emploi du temps. – On se conformera pour l’emploi du temps d’aujourd’hui au rapport du 2 octobre 1914.

*Cartouches. – Le 118e territorial est autorisé à toucher au parc d’artillerie pour l’instruction du tir, 162 cartouches pour revolver modèle 1892 et 900 cartouches pour revolver modèle 1873.

*Armes égarées. – A la suite de la réintégration au parc d’artillerie par les auxiliaires de place forte, des fusils modèle 1886 qui leur avaient été distribués au début de la mobilisation, il a été constaté un manquant de 44 fusils. Le général gouverneur invite MM. les commandants de secteurs à faire rechercher ces armes dans les cantonnements et à lui rendre compte pour le 15 octobre, du résultat de ces recherches. Les armes retrouvées seront immédiatement versées au parc d’artillerie. Les commandants d’unités fourniront à la date du 13 courant au lieutenant-colonel commandant le 3e secteur le compte-rendu demandé.

*Allocations. – Par dépêche n° 979-4/5 en date du 1er octobre 1914, le ministre de la guerre écrit ce qui suit : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que toutes les troupes qui ont été évacuées des régions et qui sont venues en détachement ont droit pour les journées de trajet à l’indemnité des troupes en marche. Elles auront droit jusqu’à nouvel ordre dans leurs nouvelles garnisons à l’indemnité de séjour temporaire avec troupe ( officiers et sous-officiers à solde mensuelle ) ou à la prime d’alimentation n° 3 (militaires à solde journalière).

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.