*Indemnité de logement et de cantonnement. – Par dépêche n° 300-1/5 en date du 1er octobre 1914, le ministre de la guerre écrit ce qui suit : « Le décret du 16 août 1914 a prescrit que les habitants qui logent ou cantonnent des troupes ont droit aux indemnités de logement ou de cantonnement à partir du 21e jour de la mobilisation. J’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir donner les ordres nécessaires pour que, dans chaque localité où les troupes sont cantonnées ou logées, l’autorité militaire locale s’entende, avec l’autorité municipale pour que ces dispositions soient portées à la connaissance des habitants. »

*Marche manœuvre de mercredi. – Départ des cantonnements à 6 h. ; rentrée 17 h. Chaque Bon. sera rendu à 9 heures à la sortie est de Chaignot où aura lieu la concentration du régiment et une grand’halte suivie d’évolutions du régiment jusqu’à 14 h. Les chefs de Bon. règleront leur itinéraire de telle sorte que chacune des unités de leur Bon. ait à parcourir, aller et retour, au moins 20 km. Chargement complet de campagne pour les anciens ; les hommes du détachement de renfort arrivés samedi prendront le sac vide et pas de cartouches. Sur le terrain il sera mangé une soupe maigre et distribué un café et ¼ de vin. Tout le monde marchera ; on ne laissera dans les cantonnements que les invalides, cuisiniers et secrétaires indispensables ; la garde, relevée au réveil sera prise par les malingres ou éclopés, désignés la veille par les médecins. Le lieutenant-colonel fera son rapport sur le terrain où seront apportées toutes les pièces de comptabilité. Une voiture fournie par le détachement de Fontaine, apportera les effets à toucher ou changer et, servira également, s’il y a lieu au transport de quelques sacs. Aussi bien à l’aller qu’au retour, dans chaque Bon., service de sûreté en marche. Les chefs de Bon. adresseront au lieutenant-colonel mardi l’itinéraire de la marche de leur Bon. et des 4 unités qui le composent.

*Punitions. – H......d A. auxiliaire du génie fort de Varois, 8 jours de prison % du capitaine Guy commandant la Cie. : « Faisant partie d’un détachement sans armes envoyé de Dijon à Varois à 10 h. ½ a disparu de son groupe à un coin de rue et n’est rentré au fort que le lendemain à midi, en complet état d’ivresse. » (2e fois pour ivresse depuis la mobilisation). Augmenté de 22 jours de prison, ordre du général gouverneur. – G......t, auxiliaire d’artillerie (fort d’Asnières) 4 jours de prison % du capitaine Guiraud commandant d’armes : «  A manqué à l’appel du soir, est rentré dans la nuit en état d’ébriété. » (2e fois). Augmenté de 8 jours par % du général gouverneur. – C.....s F. maréchal-des-logis (fort de Sennecey) 4 jours d’arrêts simples % de l’adjudant-chef de détachement : « Extrême négligence dans son service de surveillance. » Augmenté de 6 jours % du général gouverneur. – S.........t, sergent et D......e, soldat de la 8e section d’infirmiers et P.....n M. 15e train des équipages, le sergent 2 jours d’arrêts simples et les soldats 4 jours de salle de police % du général gouverneur : « Rencontrés en ville après 21 heures. » – R.......t, soldat infirmier à l’hôpital Saint-Joseph, huit jours de prison % du général gouverneur pour ivresse, mauvaise tenue et propos déplacés à l’égard des sous-officiers et caporaux qui essayaient de le calmer. » Cet infirmier sera remplacé dans son service.

*Départ du détachement. – Le lieutenant-colonel adresse ses meilleurs souhaits de santé et de bonne chance au détachement de 289 hommes qui quitte aujourd’hui le 118e pour se rendre sur le front.