*Ordre du régiment° 15

Remise volontaire de galons. – Sont, sur leur demande, remis soldats de 1re classe et restent dans leurs compagnies : le sergent Leydier cl. 1898 de la 4e Cie. – le caporal Girard cl. 1899 de la 7e cie. – le caporal Martin cl. 1899 de la 11e Cie. – le caporal Nicolas cl. 1898 de la CHR.

Nomination. – Le soldat de 1re classe Nicolas E. cl. 1898 de la CHR. est nommé sapeur en remplacement de Meffre changé d’emploi.

Mutations. – Sont nommés sergents d’encadrement à la CHR. ( emploi créé : les sergents Courbet cl. 1895 de la 6e Cie. et Biron cl. 1897 de la 11e Cie.

Le sapeur Meffre de la CHR. passe ouvrier bourrelier à la même unité.

Le soldat Rodet, cl. 1894, de la 2e Cie. passe à la CHR. comme homme de corvée.

Ces nominations, mutations et remises de galons dateront du 1er novembre 1914

Fontaine-lès-Dijon, le 31 octobre 1914.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.

*Les soldats de 1re classe Leydier, Girard et Martin restent en subsistance à la CHR.

*Mutation. – Le soldat Guyon, cl. 1899, téléphoniste à la CHR. passe homme de corvée à la même unité.

*Nécessaires Bouthéon. – Les isolés, sapeurs, mitrailleurs, téléphonistes, tambours, clairons, musiciens, infirmiers, brancardiers, vélocipédistes des chefs de bataillon et des compagnies, tous les hommes et gradés de la CHR. sans exception aucune, tous ceux de l’état-major de bataillon seront munis du nécessaire Bouthéon à l’exclusion de tout autre ustensile.

*Etats à fournir. – Les chefs de bataillon enverront cet après-midi au lieutenant-colonel, le nom 1° d’un homme des classes les plus âgées, pouvant passer maréchal-ferrant à la CHR. – 2° d’un bourrelier _ 3° d’un téléphoniste.

*Brancards. – Le lieutenant-colonel rappelle aux médecins que les brancards en excédent de cinq doivent être versés aujourd’hui même à Fontaine.

*Les tailleurs détachés à la CHR. rentreront à leur Cie. le 1er novembre au réveil.

*Départ du régiment. – Le régiment quittera Dijon demain dimanche 1er novembre, vraisemblablement en 3 échelons, s’embarquant à la gare de Dijon-Ville, petite vitesse, à moins d’ordres contraires.

Chaque échelon touchera à la gare 2 jours de vivres de réserve et 2 jours d’embarquement qui seront distribués, sur place, aux hommes ; chaque échelon touchera également 2 jours de vivres de débarquement qui seront portés par un wagon ad hoc dans lequel on prendra ces vivres en arrivant au point terminus. Les bagages des officiers et troupe ( réglementaires ) sont chargés sur des camions mis à la disposition des bataillons par la place et sur les tapissières ; les bagages devront quitter les cantonnements à 11 h. au plus tard et être dirigés sur la gare, avec une escorte d’une escouade environ., commandée par un sous-officier qui en fera opérer le déchargement et les déposer en un endroit sûr qu’il fera garder et placé de telle sorte qu’il n’y ait aucune confusion entre les bataillons au moment du départ.

*MM. les chefs de bataillon se rendront à Fontaine demain matin à 9 h. pour s’étendre avec le lieutenant-colonel, sur des questions de détail.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.