*Munitions. – Les généraux ont remarqué qu’on trouve dans les cantonnements au départ des unités des quantités considérables de cartouches ; on devra donner des ordres très sévères pour qu’il n’en soit plus ainsi à l’avenir. Le général commandant l’armée rappelle en outre qu’il est interdit de conserver dans les cantonnements des dépôts d’armes ou de munitions.

*Secours aux blessés. – Le lieutenant-colonel adresse ses félicitations à la 3e Cie. pour l’esprit de solidarité dont ont fait preuve les militaires de cette unité, en réunissant, à la suite d’une collecte, une certaine somme destinée à être versée à la caisse d’une œuvre de secours aux blessés.

*Rétrogradation. – Le général commandant l’armée et le général de division ont donné l’ordre au colonel, à la suite de leurs inspections, de proposer pour al rétrogradation ou même la cassation, les sous-officiers ou caporaux qui seraient jugés inaptes à leurs fonctions aussi bien en raison de leur incapacité militaire qu’au point de vue physique ; il importe en effet, au cours de la campagne qui menace d’être très longue de n’avoir que des gradés solides et énergiques et donnant toujours l’exemple à leur troupe ; il n’y a donc lieu de se débarrasser de ceux qui après 5 mois de campagne n’ont pas su acquérir les qualités voulues. En conséquence les chefs de bataillon, commandants de compagnie et chefs de service proposeront au colonel les radiations qu’ils jugeront nécessaires.

*La 11e compagnie pendant tout son séjour ici sera rattachée pour la discipline et els exercices au 1er bataillon.

*Voitures. – Le lieutenant-colonel a constaté que certaines voitures du train sont absolument dégoûtantes ; depuis trois jours qu’il gèle, les conducteurs surtout ceux dont les voitures ne marchent pas, auraient eu largement le temps de les nettoyer, particulièrement les roues. Si cette opération n’est pas faite pour demain les conducteurs seront punis et rentreront dans le rang.

*Correspondances. – A partir d’aujourd’hui, la boîte aux lettres sera levée deux fois par jour : à 8 h. 30 et à 13 h. 15.

*Le lieutenant-colonel rappelle que l’Hôtel continental ( maison Francinet ) est consigné à la troupe.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.