*Ordre du régiment n° 44

Cassation. – En vertu de l’art. 1er du décret du 13 novembre 1914, le lieutenant-colonel casse de son grade le sergent C........ Désiré, classe 1894, de la 2e Cie. pour s’être enivré le jour du départ de sa Cie. pour les tranchées, et de telle façon qu’il n’a pu suivre et a du être laissé au poste de police du cantonnement.

Le soldat de 2e classe C........ passe à la 1re Cie.

Verzenay, le 8 janvier 1915. Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.

*8e compagnie. – Le lieutenant-colonel félicite la 8e compagnie dont les hommes se sont cotisés et ont réuni une somme de plus de deux cents francs pour l’envoyer à la femme de leur camarade Durand tué à l’ennemi.

Il félicite également cette compagnie qui, pendant tout le temps qu’elle a passé dans le secteur de Prunay a donné toute satisfaction au commandant du secteur malgré un travail constant et quotidien.

*Tenue. – Le colonel a bien voulu accorder au 2e Bon., deux jours de repos pour se nettoyer ; or, hier dans l’après-midi tous les hommes se promenaient en ville et les postes, ce matin, étaient dans une tenue dégoûtante. M. le commandant du 2e bataillon consignera son bataillon aujourd’hui toute la journée, et si le colonel rencontre des hommes en ville, ce bataillon exécutera demain la marche manœuvre qui doit être faite le samedi.

*Renseignements sur l’ennemi. – Il résulte d’interrogatoires de prisonniers dont deux lieutenants que depuis une dizaine de jours le feu de l’artillerie française rend insoutenable le séjour dans les tranchées allemandes ; les hommes qui les occupent y sont mis en pièces ou enterrés vivants, et ceux qui essaient de s’en échapper sont tués sur le terrain même. Il en résulte une grande démoralisation chez nos ennemis.

*Vaccination. – 2 compagnies du 2e bataillon seront vaccinées aujourd’hui à 12 h. 30 et 2 autres demain à la même heure.

*Mutations. – Il est rappelé aux compagnies qui ont en subsistance des militaires appartenant à d’autres unités, qu’elles doivent toujours informer ces unités des mutations dont sont l’objet les militaires en subsistance. – Cette prescription, très importante, ne doit pas être perdue de vue.

*Boni. – En réponse à la demande formulée par quelques commandants de Cies., le colonel autorise les Cies. à acheter, sur les bonis, tous les ingrédients ou objets divers dont leurs hommes auraient besoin ; il est bien entendu que ces achats doivent figurer sur les cahiers d’ordinaire sous une rubrique réglementaire, sous peine d’être refusés par l’intendance.

*Mutations. – Dangien Louis, conducteur à la CHR., cl. 1899, actuellement à l’ambulance, est relevé de son emploi et passe à la 3e Cie. à la date du 9 courant.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.