*Ordre du régiment n° 66
Mutations. – Par décision de M. le général commandant la Ve armée en date du 16 février 1915 : M. le médecin aide-major de 2e classe Clavel du 118e territorial d’infanterie passe à l’ambulance n° 10 du 9e corps (division du Maroc). – M. le médecin aide-major de 1re classe Henry du même régiment, passe au groupe de batteries de 90 de la division marocaine. – M. le médecin aide-major Cros à l’ambulance n° 10 du 9e corps (division du Maroc) passe au 118e régiment territorial d’infanterie ; est affecté au 1er bataillon. – M. le médecin aide-major de 2e classe Maignon, à la réserve du personnel sanitaire, passe au 118e régiment territorial d’infanterie ; est affecté au 3e bataillon.
Verzenay, le 23 février 1915.
Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.
*Prison. – Le général commandant l’armée prescrit que les hommes punis de prison, dans les tranchées, doivent être placés dans les endroits les plus mal installés et astreints aux corvées les plus pénibles et non être employés à la garde des tranchées, qui est un honneur.
*Punition. – A......., soldat, 2e Cie., en prévention de conseil de guerre, a bénéficié d’un non-lieu. – La punition infligée à cet homme a été porte à 30 jours de prison dont 15 de cellule par M. le général commandant le groupement de Reims.
*Renfort. – Les hommes du renfort des 1er et 3e bataillons (9e compagnie exceptée) rejoindront ce soir à partir de 18 h., leurs compagnies ; les chefs de Bon. enverront à cet effet un gradé par Cie. dans le courant de la journée.
*Equipes de grenadiers. – Par ordre du général en chef, il sera constitué aujourd’hui même dans chaque compagnie une équipe de 18 grenadiers, y compris : 1 sergent et 1 caporal, destinés à recevoir une instruction spéciale sur le lancement des grenades, tous ces gradés et hommes devront être des sujets d’élite. – Dès que ces fractions seront constituées, elles seront réunies par bataillon pour recevoir leur instruction spéciale.
*Discipline. – Le lieutenant-colonel a rencontré hier dans la rue de nombreux hommes qui n’étaient pas à l’exercice et donnaient des raisons plutôt mauvaises de leur présence dans les rues ; il a rencontré également des fractions en armes qui marchaient en désordre, quelques hommes même fumaient ; il n’en fait pas compliment au commandant de l’unité à laquelle ces hommes appartiennent.
*Avions. – Il est recommandé, dès que les avions français survolent les lignes allemandes et attirent par conséquent le feu de l’infanterie et de l’artillerie ennemies, de profiter de cette occasion pour tirer énergiquement sur les tranchées allemandes, les tireurs sur avions étant forcément moins défilés à ce moment là.
*Semelles. – Il est distribué aujourd’hui 250 semelles de drap à chaque bataillon, 75 à la compagnie hors rang et 25 à la compagnie de mitrailleuses.
*Graisses et huiles de toutes natures. – Les compagnies peuvent demander par l’intermédiaire de l’officier d’approvisionnement, les graisses de toutes natures dont elles ont besoin (cuirs, armes, voitures, pieds, mitrailleuses) ; il y sera donné satisfaction dans les 10 jours qui suivront la demande.
Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.