Ma chère Louise

Toujours rien de nouveau relativement au projet de déplacement dont je vous ai entretenu hier. Se fera-t-il ? Ne se fera-t-il pas ? Je le saurai peut-être ce soir et serai peut-être en route demain mais pour le cas ou ce voyage vers vous serait encore ajourné, je ne veux pas vous priver de votre lettre quotidienne, que j’exécute ci-dessous.

Donc hier à la nuit le temps s’est mis au grand beau et je suis allé dans les vignes assister à la manœuvre d’un projecteur électrique, manœuvre d’ailleurs très intéressante et qui a très bien réussi. Au retour vers 22h, j’atteignais les premières maisons de V[erzenay] lorsque zou… pan, un premier obus sur V[erzenay] suivi de 23 autres , en dix minutes. Trois ou quatre seulement ont causé des dégâts, les autres ont été beaucoup trop haut, ou n’ont pas éclaté. Je n’étais heureusement pas dans mon lit, car l’impression, lorsqu’on est au lit est très désagréable, beaucoup plus que quand on est levé, ou dans la rue.

"Comme il disait ces mots, du bout de l’horizon arrivait avec furie…" six obus, les premiers d’aujourd’hui, quoiqu’il soit près de 16h. Habituellement nous sommes servis de meilleure heure. Mais je suis dans le bureau du colonel, endroit assez sûr, par conséquent je n’interrompt pas ma lettre, d’ailleurs le tir ne continue pas.

La nuit dernière notre artillerie a également beaucoup donné en concentrant ses feux sur un point déterminé des lignes allemandes. Je ne sais pas quel résultat a été produit. Aujourd’hui temps insupportable de giboulées, il ne se passe pas un quart d’heure sans que nous recevions une averse accompagnée d’un grand vent glacial et on ne peut guère mettre le nez dehors sans se mouiller et puis la boue, l’horrible boue revient. il est vrai qu’en cette saison deux journées de soleil suffisent pour la sécher.

Ma chère Li, on compte bien aller vous voir sous peu, quoique ce ne soit pas très certain et on espère même bien arriver avant cette lettre. On vous aime bien et on vous embrasse de même. Votre L. M..

Pas de lettres de vous aujourd’hui.