*Relève. – La relève du 2e bataillon par le 1er se fera dans la nuit du 2 au 3, après entente entre les chefs de bataillon qui opéreront de telle sorte que la première compagnie quitte Verzenay à 21 heures et que la dernière compagnie relevée n’y rentre pas après 3 heures du matin. La section de mitrailleuses, aux tranchées depuis 8 jours, sera relevée par la section au repos le même jour et à la même heure.
*Incendies dans les cantonnements. – En raison de fréquents incendies ayant éclaté dans les cantonnements des troupes, sans provenir de faits de guerre, le ministre rappelle à l’observation des précautions à prendre : interdiction absolue, dans les locaux garnis de foin ou de paille, d’allumer des allumettes, de fumer, de circuler avec des bougies non placées dans des lanternes ou avec des lampes à pétrole, et de faire la cuisine à proximité immédiate de ces locaux. Des rondes fréquentes devront être faites dans les cantonnements. Les commandants de compagnie seront rendus responsables des négligences ou infractions aux ordres ci-dessus.

*Discrétion dans la correspondance. – Le général commandant l’armée rappelle que l’échange de correspondance entre les militaires sur le front et les prisonniers de guerre est formellement interdit, pour éviter les nombreuses et graves indiscrétions qui pourraient se produire par cette voie. Toutes les lettres et cartes destinées aux prisonniers de guerre comme du reste celles qui proviennent de ces derniers ne seront remises qu’après la guerre, soit aux destinataires, soit aux expéditeurs.

Il est rappelé en outre qu’il est interdit de divulguer par correspondance tout mouvement ou changement de destination des unités. De fréquentes théories seront faites par les officiers pour attirer l’attention de la troupe sur les graves inconvénients que présentent ces indiscrétions.

*Drap bleu clair. – Le ministre a décidé de faire constituer et entretenir dans les divers entrepôts d’habillement une pièce de drap bleu clair, pour satisfaire aux besoins des officiers sur le front. MM. les officiers qui désireraient se procurer du drap par cette voie, pourront venir au bureau du colonel se renseigner sur la marche à suivre.

*Cartouchières. – Quelques commandants de compagnie demandent à changer des cartouchières rigides ancien modèle contre des plates nouveau modèle ; ce n’est pas possible ; pour remédier à l’inconvénient des cartouchières rigides, il n’y a qu’à les faire porter par derrière.
*Le soldat Peyron Auguste, cl. 1894, n° matricule 15 503 de la 1re Cie., sera placé en subsistance à la CHR. A la date du 3 courant, pour être employé comme chauffeur aux bains-douches.
Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.