*Tableaux d’avancement. – les Chefs de bataillon adresseront pour le 15 au lieutenant-colonel, un état des propositions pour tous grades (adjudant, sergent-major, sergent, sergent-fourrier, caporal-fourrier, et caporal) en faisant figurer en tête de ces propositions les anciens candidats non encore nommés ; les candidats seront classés par numéro de préférence : 1° classe – 2° numéro matricule – 3° noms et prénoms – 4° ancienneté dans le grade actuel – 5° numéro de la compagnie – 6° campagnes antérieures à 1914-15 – 8° années de service dans l’active – 9° observations. Indiquer si le candidat est retraité, avec quel grade et s’il a suivi le peloton des EC. ou EO.

*Indiscrétions. – Le général en chef rappelle à nouveau la nécessité absolue de la discrétion à observer dans al correspondance et dans les conversations, aussi bien au cantonnement qu’en permission. Les sanctions les plus sévères seront prises contre les coupables. Le secret des opérations est une des conditions du succès ; il serait insensé de compromettre le résultat des efforts que nous faisons chaque jour, pour le plaisir de bavarder ou pour la vanité de paraître renseigné.

*Transport d’eau. – Il est rappelé que les voitures transport d’eau font partie organique des trains de combat des corps de troupe et doivent en conséquence les suivre dans leurs déplacements.

*Allocation d’éclairage. – Les postes créés sur les routes pour vérifier les laissez-passer et la circulation des automobiles doivent avoir toute la nuit une lanterne allumée. Le général commandant l’armée décide que ces postes auront droit aux allocations arrêtées par le tarif n°7 § 2 du décret du 8 février 1907, c'est-à-dire : à 134 grammes de bougie pour la période du 1er octobre au 31 mars, à 83 grammes de bougie pour la période du 1er avril au 30 septembre ; ces allocations étant remplacées par les allocations correspondantes de pétrole quand les postes pourront faire usage de lanternes.

*Abri de secours. – Sur proposition du médecin divisionnaire le général commandant la 30e DI. A décidé que l’abri de secours blindé de Prunay sera affecté au 40e qui en aura la charge et l’entretien, et à condition qu’il y reçoive les blessés et malades venant du front et passant par Prunay, à quelque régiment qu’ils appartiennent.

*Permissionnaires. – Les départs pouvant être repris, sur la base de 1% d’absents de l’effectif du régiment, les militaires dont les noms suivent sont désignés pour partir aux dates indiquées. Ils se rendront à Verzenay, la veille du jour fixé pour leur départ, à 18 h. 30 au bureau de la CHR., où le sergent-major Tacussel leur donnera les instructions habituelles. Partiront demain 10 courant en date du 11 : 1re Cie. Pitras, caporal ; 2e Cie. Geronimi ; 7e Cie. Rieu. – Partiront le 11 en date du 12 : 9e Cie. Sabatier ; 11e Cie. Castanier. – Partiront le 12 en date du 13 courant : 3e Cie. Igoulen ; 5e Cie. Leroy, maréchal-des-logis ; 6e Cie. Morier. – Partiront le 13 en date du 14 : CHR. Favier ; 9e Cie. Ripert. – Partiront le 14 en date du 15 : CM. Brami, Lagneux ; 2e Cie. Bruy.  Sur la demande du ministre, une permission de quinze jours est accordée au titre de mécanicien réparateur de machines agricoles au soldat Liens Justin, cl. 1891 de la 1re Cie., en subsistance à la CHR., pour se rendre à Cheval-Blanc (Vaucluse). – Cet homme partira demain à la date du 11 courant.

*La compagnie à laquelle appartient Rey Pierre, cl. 1891, demandé pour être détaché » à la maison Etienne et C°, 25 boulevard Sergent-Triaire à Nîmes, le fera connaître téléphoniquement cet après-midi au colonel.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta