*Le prêt aura lieu demain samedi, à Verzenay, aux heures habituelles.

*En exécution des ordres du général en chef tous les débris de cuivre, de laiton, de fonte de fer et d’acier provenant des projectiles éclatés et du matériel détruit, les douilles et étuis en laiton, les ferrures hors d’usage et les riblons de toute nature devront être recueillis avec soin partout où cela sera possible. (Toutefois il y aura lieu sur place les obus non éclatés ainsi que les corps d’obus contenant encore une certaine quantité d’explosif). La récolte méthodique de toutes ces matières sera organisée : 1° par MM. les commandants de sous-secteurs qui feront installer un dépôt de ces matières vers l’arrière de chaque sous-secteur – 2° par MM. les commandants de groupes d’artillerie qui feront installer pour chaque batterie, un dépôt sur le bord du canal. La zone de recherches pour les commandants de sous-secteurs s’étend des tranchées de 1re ligne à la route de Châlons – pour les commandants de groupes d’artillerie au Sud de cette route. Il y aura lieu de rendre compte à la Division dès que le poids de débris ainsi rassemblés dans chaque endroit atteindra une cinquantaine de kilos environ. – 3° par MM. les commandants de cantonnements qui feront rassembler, aux postes de police, tous les débris de cette nature. Ils profiteront de cette occasion, pour faire rassembler également, les effets de toute nature abandonnés mais encore utilisables et ensuite ceux qui n’ont plus de valeur. La gendarmerie, au cours de ses tournées, s’informera de l’importance de ces derniers dépôts pour en rendre compte à la Division , et en outre, elle signalera aux commandants de cantonnements les débris métalliques qu’elle remarquerait à proximité des cantonnements.

*Grenadiers. – Les chefs de bataillon vont réorganiser immédiatement les équipes de grenadiers telles qu’elles ont fonctionné pendant quelques jours, d’après la décision du 24 février à laquelle tout le monde devra se reporter ; ils donneront tous les ordres de détail voulus et rendront compte le 12 des résultats acquis ou des difficultés qu’ils rencontreraient dans l’exécution de cet ordre.

*Ferrures. – Les commandants de compagnie enverront à la forge de Verzenay les chevaux non encore pourvus de leur ferrure de réserve. – Les conducteurs et ordonnances devront présenter ces ferrures au vétérinaire, à la visite sanitaire du 11 courant.

*Gradés quittant le corps. – Le colonel rappelle que tout officier ou sous-officier quittant le corps, par avancement, mutation, maladie, etc. et ayant reçu armes, jumelles ou effets gratuitement, doit, à son départ les laisser au corps ; c’est aux chefs de bataillon et commandants de compagnie qu’il appartient de veiller à cette prescription.

*Casques. – Les compagnies feront toucher aujourd’hui ou demain matin, au plus tard, au magasin les casques des pointures 54, 55, 56. – Le casque porte intérieurement une légère enveloppe en métal qu’on peut supprimer pour augmenter le tour de la tête.

*Nasses. – Il est distribué à chaque compagnie quatre nasses pour la capture des rats dans les tranchées.

*Campement. – Les compagnies toucheront aujourd’hui ou demain au plus tard au magasin :

Plats de campement : 1re Cie. : 14 – 2e Cie. : 8 – 3e Cie. : 10 – 4e Cie. : 8 – 11e Cie. : 6 – 12e Cie. : 1 – CM. : 10.

Seaux : 1re Cie. : 2 – 3e Cie. : 1.

Moulins : 4e Cie. : 2.

Sacs à distribution : 2e Cie. : 8.

*Matériel à verser. – 3e Cie. : 4 marmites à 4 – 6e Cie. : 13 seaux en toile, 3 marmites à 4 – 9e Cie. : une marmite à 4, six plats de campement – et pour toutes les compagnies tous les Bouthéons en sus de l’effectif.

*Relève. – D’après les ordres reçus, la relève des bataillons s’effectuera tous les six jours, suivant un cycle Verzenay – Les Marquises – la Pompelle, c'est-à-dire que le 12 au soir, le 1er bataillon viendra aux Marquises ; le 3e bataillon aura trois compagnies à la Pompelleet une à Beaumont ; le 2e bataillon sera tout entier à Verzenay.

*Marche. – Afin de réhabituer les hommes à la marche et au port du sac, le bataillon au repos à Verzenay, fera exécuter une marche de 20 kilomètres, par compagnie, pendant les six jours de repos ; tous les employés de la compagnie devront y assister ; le service, les gardes, corvées, seront fournis par les trois compagnies ne marchant pas. Il sera fourni une situation de prise d’armes au lieutenant-colonel, le lendemain. Le chef de bataillon veillera à l’exécution stricte de cet ordre.

*Brodequins de réserve. – Les chefs de bataillon feront prendre aujourd’hui au magasin contre bon, 80 paires de brodequins, de pointures variées qui constitueront la réserve du bataillon (soit 20 par compagnie) et auxquels il ne devra pas être touché ; ces souliers seront portés par le fourgon du bataillon et entretenus soigneusement.

*Graisse. – Les compagnies feront connaître pour le 12 courant les quantités de graisse de toute nature qui leur seraient nécessaires ; ne pas omettre la graisse pour les pieds.

*Bagages. – En prévision d’évènements qui peuvent se produire prochainement, les compagnies devront, dès maintenant, se débarrasser de tous les impedimenta qui les encombrent.

*Mutations. – L’équipe de bombardiers et l’équipe de fil de fer P sont prises en subsistance par la CHR. e 9 septembre.

Catrier Lucien cl. 1895 matricule 17001, 9e Cie., détaché à l’EM. du 38e CA. est passé définitivement à la 9e Cie. du 12e escadron du train des équipages, à la date du 5 septembre. (Décision de M. le général commandant le 38e CA. de la même date).

*Cartes. – Le Ministre fait connaître que tous les officiers et sous-officiers chefs de section doivent être pourvus de la carte au 1/80 000e et que les officiers généraux et supérieurs et les capitaines doivent être pourvus de la carte au 1/200 000e ; les chefs de bataillon feront parvenir pour demain, terme de rigueur au colonel, les demandes de cartes manquant aux gradés ci-dessus pour les régions : Soissons – Reims – Laon et Rethel.

*Dirigeable. – Le général en chef fait connaître qu’il est absolument interdit de tirer contre un dirigeable dans la zone de la 30e DI.

*Permissions. – Sur la demande du Ministre, une permission de un mois est accordée au titre d’entrepreneur de battages et de conducteur de machines à battre aux soldats Parraud Louis cl. 1895 de la CHR. (brancardier à la 10e Cie.) et Massot Isidore cl. 1893 de la 11e Cie. – De même une permission de quinze jours au titre de mécanicien réparateur de machines agricoles est accordée au soldat Sichap cl. 1892 de la 5e Cie. – Ces trois hommes partiront demain à la date du 12 courant ; ils prendront leurs titres de permission ce soir à Verzenay au bureau de la CHR.

*Hommes détachés. – Patte Pierre, cl. 1895, 8e Cie. désigné pour être détaché dans une usine, sera mis en route demain matin sur le dépôt, aligné en solde et vivres jusqu’au 12 inclus et rayé le 13 courant, rendu ce soir à 18 heures au bureau de l’officier de détails.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta