*En exécution des ordres du général commandant le corps d’armée : à partir du 16 septembre inclus, les troupes occupant les cantonnements en arrière de la 1re position devront toujours être en mesure d’être alertées au premier signal.

Les voitures des TC. Et des TR. seront chargées ; les chefs de corps fixeront les heures auxquelles les officiers pourront disposer de leurs cantines à bagages. Des places de rassemblement distinctes pour les TC. Et les TR. devront être prévues en dehors des routes et en arrière de la lisière de la forêt, de manière à ce que les cantonnements puissent être rapidement et complètement évacués si l’ordre en est donné.

Il ne devra pas être détaché de travailleurs isolés loin des cantonnements.

Les détachements de travailleurs mis à la disposition de l’artillerie ou du génie pour l’achèvement de la 2e position seront toujours pourvus de leur armement et équipement au complet, afin de n’avoir pas à passer par le cantonnement pour rejoindre leur unité. Les troupes à l’instruction devront être assez près de leur cantonnement pour rejoindre leur unité. Les troupes de rassemblement des unités en cas d’alerte devront être connues de tous. Des dispositions seront prises pour que les troupes y échappent à l’observation des avions ennemis. Des abris de bombardement suffisants pour tout l’effectif à abriter, seront reconnus dans tous les cantonnements.

Le bon état des communications téléphoniques fera l’objet de fréquentes vérifications. Dans chaque état-major et à chaque poste de commandement de chef de corps, il y aura en permanence un officier en mesure de répondre au premier appel téléphonique, nuit et jour.

Comme suite à cette note, M. le commandant du 2e bataillon donnera tous les ordres de détails relatifs : 1° au chargement des voitures de Verzenay – 2° aux places de rassemblement pour TC. Et TR. – 3° aux abris de bombardement.

Le colonel fixe de 6 heures à 19 heures, les heures auxquelles les officiers pourront disposer de leurs cantines. Le chef du 2e bataillon adressera pour demain matin au colonel le compte rendu des dispositions prises.

*Permissions. – Un sous-lieutenant étant rentré en retard, malgré les avertissements donnés, le colonel prévient qu’il ne laissera plus partir les officiers en permission que quand les absents seront rentrés et se seront présentés à lui. – M. le capitaine de Montillet se tiendra prêt à partir le 17 courant à la date du 18, si M. le sous-lieutenant Nicolas est rentré.

Etant donné le nouveau fonctionnement du service des trains, les permissionnaires devront être rendus chaque jour, gare Germaine à 5 heures au lieu de 10 heures à partir du 15 septembre ; ils devront donc se trouver à Ville-en-Selve à 3 h. 45.

*Pantalons de toile. – Les compagnies pourront toucher aujourd’hui ces effets : CHR. : 9 – CM. : 14 plus 49 pour l’équipe mitrailleurs de Verzenay – 1re Cie. : 20 – 3e : 11 – 5e : 40 – 6e : 2 – 7e : 5 – 9e : 40 – 10e : 33 – 11e : 15 – 12e : 12.

*Effets. – La 5e Cie. Touchera : 12 paires de brodequins, 12e paires de souliers de repos, 6 vestes, 16 pantalons velours – la 6e : 10 + 5 paires brodequins ; 10 + 5 vestes ; 10 pantalons velours ; 10 képis – la 7e : 12 vestes, 15 pantalons velours, 3 képis, 5 paires brodequins – la 8e : 20 vestes, 26 pantalons velours, 22 paires brodequins.

*Brûlots. – Il en sera distribué aujourd’hui 2 000 par compagnie.

*Les soldats Massot Jean, 4e Cie., cl. 1893, matricule 14039 et Bouletin M. cl. 1891 matricule 10767, 6e Cie. seront dirigés demain matin à 5 heures avec armes et bagages sur le QG. Du 38e CA. Pour être employés comme motocyclistes, alignés en soldes et vivres jusqu’au 16 inclus ; ils passent le 17 courant à une formation désignée ultérieurement. – Massot couchera ce soir à Verzenay et trouvera Bouletin à 18 h. 30 au bureau du bataillon ; il passera au bureau du colonel à Beaumont pour y recevoir des instructions

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta