Nous avons eu incident dans la nuit, un grand dirigeable français a traversé nos lignes, venant d’opérer une destruction (je ne sais laquelle) de l’autre côté ; il a été très vivement fusillé et canonné par les Allemands ; croyant à une attaque je me suis levé et j’ai entendu puis vu le grand dirigeable glisser dans le ciel, le temps était tellement clair, que je distinguais la nacelle quoiqu’il fut 1h du matin. - Ce matin au réveil, un Albatros a passé sur nous ; on se le renvoyait de batterie en batterie depuis je ne sais où et il ne pouvait pas rentrer dans ses lignes ; chaque fois qu’il essayait de virer au Nord quelques éclatements en avant lui coupaient la route ; enfin nous l’avons reçu, du secteur à notre gauche et passé du secteur à notre droite lequel, comme j’ai pu m’en assurer à la jumelle l’a encore repassé à un secteur plus à droite. Hier matin nous avions déjà vu un Aviatik pris en chasse par deux avions français, mais le dénouement ne s’est pas passé ici et je ne le connais pas.

Comme je vous l’ai écrit j’ai quitté avant hier soir un village où j’avais passé 15 jours pendant lesquels nous y avions reçu quelques obus isolés, très peu de choses ; pas plus tard qu’hier matin ce village a été bombardé assez sérieusement ! Le S. C. attendait mon départ pour autoriser ce bombardement.