*En raison des difficultés que présente le ravitaillement en pain de la population civile de la zone de l’armée, le général commandant l’armée décide de réglementer l’achat du pain par les militaires en leur interdisant l’accès des boulangeries à certaines heures de la journée. En conséquence le colonel décide que les militaires ne pourront effectuer des achats dans les boulangeries qu’à partir de 17 heures.

*Armes. – En vue de récupérer le plus grand nombre possible d’armes de combattants tués ou blessés, le ministre fait connaître qu’il y a lieu d’allouer des primes pour les armes recueillies en avant du front et rapportées dans nos lignes. Ces primes sont fixées comme il suit :

Fusil, mousqueton ou carabine : 2 francs – Epée ou sabre-baïonnette : 0,25 francs – Sabres de tous modèles : 0,50 francs – Revolvers de tous modèles : 1 franc. – La dépense correspondante sera imputée à la 1re section du budget, chapitre 20, article 1er « Entretien et réparation du matériel de toute nature ».

*Effets et armes des permissionnaires. – Seront emportés par les soins des commandants des compagnies sur les voitures à munitions qui seront exclusivement réservées à cet usage.

*Garde du Drapeau. – Chaque chef de bataillon enverra demain matin au colonel le nom de : 1 sergent et cinq hommes destinés à former la garde du Drapeau, en marche.

*Campement. – Sur la demande des chefs de bataillon, le campement collectif qui devait être versé aujourd’hui (16 plats et 16 gamelles) ne sera versé au magasin que la veille du départ afin de permettre aux compagnies des tranchées de pouvoir porter leur soupe.

*Vivres de réserve et chaussures de repos. – Les deux jours de vivres de réserve seront portés par l’homme et les deux repas supplémentaires par la voiture de compagnie qui prendra également les chaussures de repos qui, à cet effet devront être munies d’une marque permettant de les reconnaître facilement et enfermées dans un petit sac ou ballot par escouade.

*Effets. – Les compagnies remettront pour le 30 courant l’état des effets qui leur sont nécessaires pour le mois d’octobre ; elles y comprendront les quantités de passepoil jaune dont elles pourraient avoir besoin.

*Mutations. – Chauvin Eugène, 5e Cie., cl. 1896, matricule 828b passe à la CHR. comme conducteur du fourgon à bagages du 2e bataillon ; est placé en subsistance à la 5e compagnie ; mutation à la date du 25 courant.

Le sergent Delay, 9e Cie. ; les soldats Bourgue, 7e Cie. et Gazagne, 11e Cie. qui étaient employés à l’EM. De la 30e DI. sont employés à dater du 24 septembre par l’EM. de la 97e DI. et pris en subsistance à cette date par le détachement de la 9e section de COA.

*Indiscrétions. – Six militaires du CVAD. 37 et de l’ambulance 13/15 ont été punis de huit jours de prison pour avoir indiqué dans leurs correspondances, doit des lieux de départ, soit des emplacements de troupes. Les indiscrétions commises ont en outre entraîné la destruction des lettres où elles étaient contenues.

*Ordre du régiment n°150

Nominations. – En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés et en conséquence de la création de trois nouveaux ateliers téléphoniques, le colonel nomme au grade et à l’emploi de caporal téléphoniste à la CHR., les soldats téléphonistes : Roger Charles, cl. 1898 matricule 3291 ; Arlaud Léon cl. 1899 matricule 4892 et Dessanne Charles cl. 1898 matricule 3538, de la même unité. – Ces nominations dateront du 25 septembre 1915.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta