*Félicitations. – Le colonel est heureux et très fier de porter à la connaissance du régiment la note de service qu’il a reçue hier et dont tout commentaire de sa part ne pourrait qu’atténuer la haute portée morale : « Le contrôle de la correspondance du 118e territorial fait le 24 septembre a permis de constater le patriotisme, le sentiment du devoir et la haute valeur morale des soldats de ce régiment. Après dix mois de séjour dans les tranchées où ils ont été en butte au bombardement incessant de l’ennemi, on sent l’abnégation poussée jusqu’au sacrifice de la vie et une foi inébranlable dans le succès futur. De tels sentiments font autant honneur aux officiers qu’à la troupe. Le général commandant le corps d’armée est heureux de les en féliciter. Signé : Mazel. »

*Permissions. – Par ordre du général commandant l’armée les permissions sont suspendues à dater d’aujourd’hui 26.

*Travailleurs. – Le détachement des travailleurs de Verzenay est licencié à dater d’aujourd’hui ; les hommes rentreront ce soir, après la soupe, dans leurs compagnies respectives. Le génie signale comme s’étant particulièrement bien conduits pendant cette longue période de travaux les sergents : Valoris, Schirmeyer, Blein – les caporaux : Julien, Guitton, Delauzun, Trompette, Siscal, Barielle – les soldats : Valz, Rampal, Allemand, Igoulen, Bruneau, Lucazeau, Fabre, Battini, Chivallier, Parodi, Bernard, Villevieille, Lebrun, Estellon, Chauvin, Sallas, Salles, Tourre, Navarrot, Roucarel, Loussales.

*Lunettes. – Le lieutenant-colonel rappelle que les lunettes ne doivent pas être portées sur le képi, mais bien dans un sachet afin d’éviter les déformations, la poussière, etc.

*Brancardiers. – A l’avenir, tout brancardier proposé par son commandant de Cie. pour combler une vacance, sera tout d’abord envoyé à l’infirmerie pour y être examiné par le médecin chef de service ; en conséquence, le soldat Rey de la 12e Cie. se présentera demain matin à l’infirmerie.

*Punitions. – Geronimi, 2e Cie. ; Igoulen, 3e Cie. et Rieu 7e Cie. qui « Sont rentrés 24 heures en retard et ont, soi-disant égaré leur titre de permission pour excuser cette faute » seront punis de 8 jours de prison. En outre dès que les permissions seront rétablies, les 2e, 3e et 7e compagnies perdront leur tour pendant 4 jours, au bénéfice des autres compagnies.

*Les compagnies, à part les 7e et 8e qui en sont dépourvues, feront connaître pourquoi elles n’ont pas muni de nécessaires Bouthéon les téléphonistes passés à la CHR. alors que selon les ordres du rapport, tous les hommes appelés à agir isolément doivent être pourvus de ce nécessaire.

*Infirmerie. – Seront rendus à l’infirmerie de Verzenay lundi 27 courant à 6 heures et munis d’un repas froid : 1re Cie. Roux B. ; Michel A. – 2e Cie. Martin M. – 3e Cie. Poynard sergent-major – CHR. Monnier.

*Homme détaché. – Montard Laurent cl. 1892, 3e Cie. désigné pour être détaché dans une usine, sera mis en route demain matin sur le dépôt, aligné en solde et vivres pour deux jours et rayé le 29 courant. Cet homme sera rendu ce soir à 18 h. au bureau de l’officier de détails.

*Les compagnies remettront le 30 courant au bureau du capitaine faisant fonctions de major les carnets de comptabilité du 4e trimestre 1915, les pages numérotées, pour être paraphés à la date du 1er octobre.

*Mutation. – Devine J. cl. 1891, matricule 11295, 11e Cie. passe à la 5e Cie. à la date d’aujourd’hui.

*Deuil. – Le colonel a la douleur de faire part au régiment du décès du soldat Roubaud* Calixte de la 10e Cie., mort pour la France le 25 septembre 1915.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta

* Roubaud Calixte Léonard, soldat de 2e classe au 118e RIT., tué à l’ennemi le 25 septembre 1915 à la ferme d’Alger par Sillery (Marne). Il était né le 6 janvier 1875 à Méthamis (Vaucluse) et il y est inscrit.