Ici nous vivons dans la fièvre de l’attente ; voici le 3ème jour de bataille et les succès des deux premiers sont déjà très beaux, espérons que cela va continuer de mieux en mieux ; ce que nous voyons et entendons d’ici est terriblement beau ; pour nous tout se borne à une lutte d’artillerie jusqu’à ce que les voisins d’en face déménagent par la force des choses, ce qui ne saurait tarder. Si Paul était ici en ce moment il se meublerait les yeux et les oreilles. - Merci pour l’envoi du manteau, chère Li, s’il pouvait être arrivé demain à Ep*. ce serait la perfection des perfections car quelqu’un de chez nous y va encore demain pour ravitaillement ; après, il faudra attendre un occasion aléatoire. J’ai reçu quinine, mousseline, photo, échantillon amiantine. J’ai découpé celle de vos photos, celle qui me plaisait le mieux et je l’ai placée dans mon portefeuille, que je porte toujours sur le côté gauche : votre chère image, ma petite Li, sera mon porte-bonheur et peut-être, qui sait, mon bouclier. 


* Epernay