*Liaisons. – En vue de réduire au minimum le service des plantons, les pièces seront envoyées au colonel comme suit, sans distinction de bataillon, à partir du 10 courant : 1° par le chef de bataillon du Métro : pour les compagnies A-B-C du sous-secteur de gauche et C du sous-secteur de droite et de la Pompelle. – 2° Par le chef de bataillon de Taissy pour les deux compagnies de Taissy et les deux compagnies du chemin de fer et du canal. – 3° Par le chef de bataillon de Rilly pour les deux compagnies de Rilly et la CHR. – Directement au colonel pour la compagnie de Puisieulx et la CM. Les compagnies seront envoyées aux compagnies dans les mêmes conditions.

*Grenadiers. – Les compagnies qui n’ont pas encore envoyé leur équipe de grenadiers à l’école de la Neuville, profiteront de tous les moments de repos pour les faire exercer par les grenadiers des compagnies qui ont reçu l’instruction spéciale.
*Les compagnies pourront faire toucher à l’infirmerie les lunettes contre gaz asphyxiants qui leur manqueraient encore.

*Appareils et ingrédients contre les gaz asphyxiants. – Dans la distribution des appareils contre les gaz asphyxiants, il doit être tenu compte que certains de ces appareils (à Oxylithe et Cadroit) sont destinés plus particulièrement aux gradés et hommes ayant un service les astreignant à circuler ou à rester dans un milieu délétère : mitrailleurs, téléphonistes, agents de liaison, personnel sanitaire, etc. Les médecins devront faire des instructions pratiques aux gradés pour l’emploi de ces appareils.

*Pour mémoire, appareil Cadroit. – La substance neutralisante pour l’imprégnation du tampon à introduire au milieu de l’appareil est la même que celle en usage pour les pulvérisateurs Vermorel, savoir hyposulfite de soude : 6 kg. – carbonate de soude 1,500 kg. – Eau ; quantité pour 10 litres.
*Récipients cylindriques en métal. – Sont destinés à conserver cette solution préparée qui s’altère dans les tonneaux en bois. – Tout récipient  de verre ou de métal nettoyé et ébouillanté peut-être utilisé.

*Ballons et obus d’oxygène destinés en principe aux postes de secours principaux ou aux unités qui par leur situation sont plus particulièrement exposés à l’action des gaz asphyxiants ; ce matériel pourrait être alors placé dans les abris de 1re ligne.

*Destructions des rats. – Il est rappelé que le groupe de brancardiers divisionnaires tient à la disposition des corps de troupe du virus Pasteur et du sulfure de carbone pour la destruction des rats.

*Emploi virus Pasteur. – Tremper des morceaux de pain dans le produit et les disséminer sur le passage des rongeurs. Il n’est pas nuisible pour les autres animaux. – Sulfure de carbone. – Imbiber de vieux chiffons ou de l’étoupe et introduire dans les trous. – A employer hors des maisons et abris en raison de l’odeur.

*Service postal. – Sera assuré comme suit : par le caporal Brun pour le chef de bataillon de Rilly, les deux compagnies de Rilly et la CHR. – par le sergent Cantrel pour l’EM., la Cie. de Puisieulx et la CM. – par les deux vaguemestres des chefs de bataillon de Rilly et du Métro pour les cinq compagnies qui envoient leurs pièces au Métro. – par le vaguemestre du chef de bataillon de Taissy pour les quatre compagnies qui envoient leurs pièces à Taissy.
*Le soldat Giraud Lucien, cl. 1892, 7e Cie., désigné pour être détaché dans une usine, sera mis en route le 11 au matin sur le dépôt, aligné en solde et en vivres pour deux jours, et rayé le 13 courant. – Il sera rendu demain soir 10, à 18 heures au bureau de l’officier de détails à Rilly.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.