*Deuil. – Le lieutenant-colonel a la douleur de faire part au régiment de la mort du soldat Foucherand* Louis de la 4e Cie., tué à l’ennemi le 9 octobre 1915.

*Le prêt aura lieu le lundi 11 à Puisieulx à 7 heures précises. Il sera retenu à la 1re Cie. : 15,54 f. ; à la 2e Cie. : 15,50 f. ; à la 4e Cie. : 23,88 f. et à la 9e Cie : 4,80 f. pour la constitution du boni de la compagnie de garde au QGA. Ces sommes ont été calculées au prorata des moyennes de boni des unités qui ont fourni des éléments à cette compagnie. Les vivres remboursables ne seront retenus qu’au prêt prochain.

*Pochettes. – Il sera remis demain à chaque sergent-major un nombre de pochettes données par le syndicat de la presse, correspondant à l’effectif de leur compagnie. Les commandants de compagnie veilleront à ce que chaque homme en reçoive une et expliqueront qu’un certain nombre d’entre elles contiennent des numéros donnant droit à participer à un tirage dont les lots vont jusqu’à 25 000 f .
*Couvertures. – Les 50 couvertures mises à la disposition du médecin chef de service seront rapportées ce soir à Puisieulx et la distribution en sera faite probablement demain ou après-demain à raison de 15 par bataillon qui devront être portées par la voiture médicale de 5 pour l’EM., la CM. et la CHR.
*Engins. – Malgré les recommandations renouvelées quotidiennement un homme du 297e a manipulé hier une fusée non éclatée ; il en est résulté 3 morts et 4 blessés ; il importe qu’on recommande tous les jours aux hommes de ne jamais toucher ni à un projectile ni à une fusée non éclatés.

*Détériorations aux abris ou batteries. – Le général commandant la division rappelle qu’il est absolument interdit de prendre des bois, fascines, etc. dans les abris ou batteries d’artillerie momentanément abandonnés ; il lui a même été rendu compte que certains hommes coupaient des fils téléphoniques pour s’en faire des lacets de souliers ce qui amène naturellement les coupables devant un conseil de guerre.

*Cantonniers. – Les compagnies qui posséderaient des cantonniers nationaux, départementaux ou vicinaux enverront leurs noms demain au bureau du colonel ; les intéressés, s’il en existe devront faire connaître dans une déclaration signée par eux leur profession et la localité où ils remplissaient leurs fonctions.

*Les permissions étant rétablies, sont désignés pour par tir le 12 courant en date du 13 : CHR. Fabre ; Miaille, Gagne – CM. Michel – 1re Cie. Bernard – 2e Fabre – 3e Arnoux – 4e Chauvin G. – 5e Marc – 6e Chaumard – 7e Dumont – 9e Allamelle – 10e Jourdan – 11e Bernard, sergent – 12e Rey – Le 13 en date du 14 : CHR. Joguin – CM Audibert – 1re Cie. Millet sergent – 2e Baussan – 3e Benoît ; Brémond – 4e Tardieu – 5e Andrieux ; Asre – 6e Duffau – 7e Boyer – 8e Maszière – 9e Daudel – 10e Roubaud – 11e Bellot. – Le 14 en date du 15 : 1re Cie. Ronan, caporal-fourrier – 2e Croux ; Lauron – 3e Bounot ; Charasse – 4e Viguier, sergent – 5e Dumas ; Gamet – 6e Reynard – 7e Marcellin – 8e Chauvet – 9e Jaume – 10e Chabas – 11e Collet – 12e Tanchier.– Tous les permissionnaires (sauf ceux de Rilly) passeront par le bureau du colonel à Puisieulx, à une heure qui sera fixée à la décision de demain ; ceux de Rilly recevront leurs permissions directement et il leur sera fixé un point de rassemblement aux environs de Ludes probablement, pour se joindre au détachement de Puisieulx.

MM. les sous-lieutenants Rey, Brun et Palmier sont également désignés pour partir, probablement le 12 au matin.

*Les hommes dont les noms suivent seront rendus demain lundi à 6 heures, à l’infirmerie de Puisieulx, munis d’un repas froid : 1re Cie. Cèbe G. – 2e Cie. Aristote ; Fabien Arnaud ; Devaux A. – 5e Arnaud – 7e Colombe.

*Mutation. – Borie Emile cl. 1894, matricule 15970, 3e Cie. passe à la CHR., comme homme de corvée, à la date du 11 courant.
Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.


* Foucherand Louis Henri, soldat de 2e classe au 118e RIT., tué à l’ennemi le 9 octobre 1915 à la ferme d’Alger, par Sillery (Marne). Il était né le 29 septembre 1871 à Cucuron (Vaucluse) et résidait à Cadenet (Vaucluse). Pas de sépulture connue.