À Lyon, on exagère ; les combats de Champagne ne nous ont pas coûté 100 000, mais il est certain que les évènements des Balkans nous sont tout à fait défavorables et que nous avons perdu là une grande bataille diplomatique ; l’expédition en Serbie est chose certaine mais on ne va pas prendre grand monde sur le front pour cela ; on suspendra l’action engagée aux Dardanelles et les troupes des Dardanelles feront le plus gros appoint du corps expéditionnaire de Serbie. – Il est bien évident hélas que tout cela n’est pas fait pour abréger la durée de la guerre mais je vous ai promis et vous promets encore de revenir avec tous mes bras et toutes mes jambes. [...]
Pour mon tour de permission, je crois qu’il reviendra environ vers la fin de l’année, sauf imprévus.