*Patrouilles. – A la suite d’un incident récent survenu au cours d’une patrouille, le général commandant la division rappelle à l’observation des principes ci-dessous.

1° Les patrouilles envoyées la nuit en avant de nos lignes doivent avoir pour buts essentiels de s’assurer que l’ennemi occupe toujours les mêmes positions et de renseigner le commandement sur les travaux qu’il entreprend. Eventuellement les patrouilles doivent, sans rechercher le combat, disperser les patrouilles ennemies qui tenteraient de pénétrer dans nos lignes et profiter de toute circonstance permettant de faire des prisonniers (coup de main ou embuscade).

2° Les patrouilles doivent, par suite, être d’un effectif suffisant pour qu’en cas de rencontre elles ne se trouvent pas en état d’infériorité numérique. Il semble qu’un effectif de 5 à 6 hommes soit un minimum au-dessous duquel il y ait intérêt à ne pas descendre.

3° Les gradés et hommes qui composent la patrouille doivent être choisis parmi les plus sûrs et les plus alertes. Il importe au plus haut point de ne laisser aux mains de l’ennemi ni homme ni matériel permettant de le renseigner sur notre ordre de bataille.

4° Sauf le cas de nécessité immédiate, il n’y a intérêt à confier le commandement d’une patrouille à un officier que s’il s’agit de reconnaître des points particulièrement importants. Les patrouilles d’officier doivent être fixées par les commandants de secteurs, seuls juges de leur opportunité.

*Indiscrétions. – Sept militaires de l’artillerie de corps et du groupe des parcs ont été punis de huit jours de prison pour avoir indiqué dans leur correspondance soit des lieux de départ, soit des lieux d’embarquement des troupes. Outre les punitions qu’elles valent à leurs auteurs, les indiscrétions commises ont entraîné la destruction des lettres où elles étaient contenues.

*Engins contre les gaz asphyxiants. – Le directeur du service de santé du 38e CA. Attire l’attention des médecins des corps de troupe sur la nécessité de surveiller l’entretien des engins contre les gaz asphyxiants, dont le service de santé a la responsabilité. Ils doivent s’assurer fréquemment du bon état de ces engins et adresse au directeur du service de santé, par l’intermédiaire du médecin divisionnaire des demandes de remplacement ou de réparation pour les engins détériorés. Cette mesure vise particulièrement les lunettes dont la matière transparente présente une certaine fragilité et peut être l’objet de dégradations qui enlèvent aux lunettes leur valeur protectrice.

*Mutations. – Les militaires dont les noms suivent, détachés qu QG. du 38e CA. Ont été affectés définitivement : 1° à la 2e section de secrétaires d’EM. : 2e Cie. : Chausse E. cl. 1893, matricule 1748 – 6e Cie. : Gigoi B. cl 1893, matricule 14320 – 8e Cie. : Pépin P. cl. 1892, matricule 12384 – 9e Cie. : Soulière E. sergent cl. 1899, matricule 10563 ; Ludomir M. cl. 1892, matricule 12523 – 12e Cie. : Fourmon J. cl. 1893, matricule 13829 (Décision du 14 juillet 1915 du général commandant le 38e CA., n°1067P).

2° à la 2e section de COA. : 1re : Garcin A. cl. 1894, matricule 7957 – 2e : Bremondy P. cl. 1896, matricule 599 – 3e Cie. : Grégoire J. cl. 1892, matricule 12413 – 7e Cie. : Teste F. cl. 1893, matricule 13887 – 9e : Laget G. cl. 1893, matricule 14112 – 12e Cie. : Brémond L. cl. 1890, matricule 9732 ; robert L. cl. 1893 matricule 14017 (Décision du 14 juillet 1915 du général commandant le 38e CA., n°1070P).

1re Cie. : Malachier S. cl. 1893, matricule 14317 – 9e Cie. : Pille C. cl. 1892, matricule 738 ; Seigle E. cl. 1895, matricule 17199 – 10e Cie. : Gironi H. cl. 1893, matricule 1649 – 12e Cie. : Mullier M. cl. 1897, matricule 12885 (Décision du 25 juillet 1915 du général commandant le 38e CA., n°1256P).

Sont passés définitivement au 412e d’infanterie : conducteur au TR. : Giely F. cl. 1893, matricule 14321, 1re Cie. – Laurent A. cl. 1891, matricule 1112, 2e Cie. – Grégoire M. cl. 1891, matricule 11069, 3e Cie. – Escot J. cl. 1894, matricule 15384, 4e Cie. – Requin G. cl. 1895, matricule 16973, 5e Cie. – Joubert P. cl. 1892, matricule 12198b, 7e Cie. – Plandoux L. cl. 1892, matricule 12224b, 12e Cie. (Décision du 16 août 1915 du général commandant le 38e CA.).

Schoemaecker G. cl. 1892, matriucle 12224b, 12e Cie. (Décision du 16 août 1915 du général commandant le 38e CA.).

*Les soldats Allemand J., cl. 1891 ; Jean A, cl. 1891, 3e Cie. – Castanet C. cl. 1891, 9e Cie., mineurs de profession seront mis en route sur le dépôt demain matin 17 courant, alignés en solde et vivres pour deux jours et rayés le 19 courant.

*M. le commandant Barbezier, MM. les sous-lieutenants Nava et Paillon sont désignés pour partir en permission, probablement le 20 courant.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.