Ma chère Li.

J’espère que depuis hier au moins vous aurez reçu de moi un paquet de lettres qui vous aura tranquillisé. Encore une fois je suis loin du danger même s’il y avait une nouvelle tentative allemande dans notre région… Je pense que la lettre que je vous ai écrite hier soir vous parviendra un peu plus rapidement que la moyenne, je vous passerai en tous cas un bon télégramme demain. Si nous restons encore quinze jours au repos, je crois qu’avec la vie calme qu’on mène ici, je vais ré-engraisser, mais je n’y tiens pas du tout ; j’ai du perdre 2 ou 3 kilos et je me traîne beaucoup mieux ainsi qu’auparavant. Ce matin, grand brouillard et quand même grande confiance pour l’après-guerre ; voyez le lis des champs.

Adieu petite LI, on vous embrasse très tendrement. Devinez où est Lu. Votre L. M.

Le mot caché est "Rilly-la-Montagne", commune marnaise du canton de Verzy. C’est là que le capitaine Monrozier cantonne avec le régiment.