[...Considérations sur l’économie et la marche de l’usine...]
Je suis toujours au Victoria à Beaulieu[-sur-Mer]. Pour combien de temps, Dieu seul le sait. Mais je ne pense pas qu’on nous déplace beaucoup tant que l’Italie n’aura pas pris parti dans le conflit européen. Notre destination probable serait ou l’Algérie, ou le Maroc, ou la frontière des Alpes, ou l’occupation des pays conquis, s’il y a conquête.
Je vous reviendrai, soyez sans crainte, le bon Sacré-Cœur est avec nous. Personne ne peut avoir d’idée de la durée de la guerre. Je crois qu’il faut compter 3 mois minimum.
Avec ma longue épître, j’ai raté le courrier de 4h. Je vous embrasse tous. Votre L. M.
Le lieutenant-colonel Nanta commande le 118ème territorial. [...]