[...] Bien pressé aujourd’hui. Je crois que je ne pourrai vous écrire qu’un petit mot.
D’abord, le courrier ne m’a rien apporté, c’est la première fois depuis huit jours. J’avais pris la douce habitude de recevoir chaque jour une longue lettre de vous. Bref, c’est un petit sacrifice à offrir, je souhaite de n’en avoir jamais de plus durs.
Nous sommes toujours ici dans l’oisiveté, je veux dire oisiveté au point de vue guerre, car nous sommes assez occupés autrement et le temps passe vite en somme ; comme pour vous l’absence de nouvelles militaires précises est bien pénible, mais enfin nous savons de source certaine que les Allemands ne progressent que très peu et c’est l’important ; c’est déjà un beau résultat étant donné que leurs forces en Belgique et dans l’Est sont presque double des nôtres ; chaque jour gagné vaut pour nous une victoire car les Russes avancent rapidement et bientôt les Allemands qui n’ont laissé devant eux que de faibles forces seront obligés de se dégarnir de notre côté pour leur faire face et alors la situation changera du tout au tout. Il paraît qu’en Belgique leurs pertes ont été épouvantables mais les vides sont sans cesse comblés par les troupes de l’arrière. En 70, la guerre avait été déclarée le 26 juillet et le 1er septembre, par la défaite de Sedan, la guerre était virtuellement finie, après, on s’est battu pour l’honneur, tandis qu’en 1914, après un mois de guerre nous n’avons perdu aucune bataille sérieuse ; il faut donc avoir toute confiance.
Aujourd’hui, j’ai organisé un atelier de tailleurs et de cordonniers, et cela n’a pas été sans peine ; avec cela nous allons terminer l’habillement des quelques ventripotents qui ne peuvent s’habiller que sur mesure.
Hier notre chorale a donné l’Angélus de la Mer (voir phonographe) en quatre parties, c’était superbe. – Beaulieu est un beau pays et si Frédéric Audrut sont dans le midi l’hiver prochain je le lui conseille ; je le recommanderai au propriétaire de Victoria qui est Suisse, et charmant homme.
Alphonse Buisson a du rejoindre ? ? ?
Je vois d’après les journaux que Fuzier doit vous quitter à moins que les services auxiliaires ne soient pas immédiatement appelés. [...]