*Ordre général n° 2

Le général commandant le secteur de Reims cite à l’ordre des troupes du secteur de Reims :

-le capitaine Rambert de Saint-Vincent Louis, Albert, Pierre et les maréchaux des logis Bussy Ernest et Vandeportael Edmond du 42e régiment d’artillerie : « Dans la nuit du 17 décembre 1914, ont montré un dévouement et un courage admirable en travaillant, malgré un bombardement intense, au sauvetage de 6 hommes de la batterie ensevelis sous les décombres d’un abri, défoncé par un obus de 21 cm. »

Au quartier général le 22 décembre 1914.

Le général commandant le secteur. Signé : Pélacot

*Le général commandant la division du Maroc décide que les droits des troupes de la division de marche du Maroc au point de vue de la perception du sucre, du café et des boissons fermentées et hygiéniques sont fixés, jusqu’à nouvel ordre, et ainsi qu’il suit : 1° une ration réglementaire au taux de la ration forte de sucre ( 0,032 kg ) et de café ( 0,024 kg ) à toutes les troupes de la division. – 2° une deuxième ration forte de sucre ( 0,032 kg ) également à toutes les troupes de la division – 3° une ration de thé de 0,005 kg aux militaires bivouaqués ou en service dans les tranchées – 4° une ration d’eau de vie de 0,0625 l jusqu’à concurrence de 3 500 rations ; cette allocation ne sera distribuée qu’aux hommes bivouaqués ou en service dans les tranchées – 5° une ration exceptionnelle de vin de 0,25 l à tous les militaires européens de la division. – Le présent ordre recevra son application à partir du 25 décembre 1914.

*Effets usagés. – Le général de division prescrit que tous les effets retirés aux hommes par suite de leur remplacement doivent être sans exception, quel que soit leur état, envoyés sur les entrepôts. En conséquence, les Cies feront remettre au magasin à Verzenay, les effets usagés dont elles auraient à se débarrasser.

*Permissions. – Le général en chef, rappelle une dernière fois qu’il est interdit d’accorder des permissions, de quelque nature que ce soit, même pour quitter le cantonnement sans qu’elles ne soient motivées par une raison de service ; elles doivent être toujours visées, en cas de circonstance urgente, par le chef de corps ou les généraux.

*Note du général commandant la division du Maroc. – Pendant ces derniers jours, les troupes de la division du Maroc ont réalisé des progrès considérables. Sur tout le front, l’ennemi est investi à moins de deux cents mètres ; sur certains points, nos tranchées sont à 80 mètres des tranchées allemandes. Toutes les troues qui ont pris part à ces opérations ont fait preuve comme toujours d’entrain et de courage ; le général commandant la division leur adresse ses félicitations. Cette avance générale a inquiété l’ennemi : elle l’a fixé devant nous. Il reste à exploiter ce premier résultat en s’emparant des tranchées mêmes où l’ennemi nous attend. Ce but doit être poursuivi sans relâche par une progression méthodique et ininterrompue.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.