Ma chère Li.

Vite un bonjour matinal avant que le vaguemestre enlève le courrier ; hier je vous ai écrit très longuement, mais j’ai presque du remords de vous en avoir trop raconté et de vous parler de moi par nos trop longues histoires. Les chiffres de ma lettre d’hier soir sont 960 - 160 - 5 - 5 - 2 et je crois une dizaine.

Ma chère Li, on vous aime très fort, on a la plus grande confiance dans le S. C. mais comme on serait heureux si le S. C. nous donnait la certitude de l’après-guerre. Cet après-guerre est mon cauchemar ! Que Dieu nous aide. Adieu petite Li, on vous aime tendrement et on vous embrasse très fort. Votre L. M.