*Remise est faite aux compagnies de l’ordre général n° 3 et de l’ordre général n° 1.
*Le général gouverneur interdit formellement aux officiers, sous-officiers, caporaux et soldats cantonnés à l’extérieur du périmètre de l’octroi, de se rendre sans raisons de service, dans la ville de Nice. Les chefs de corps et le major de la garnison veilleront à la stricte exécution de ces prescriptions. En exécution de cet ordre, le lieutenant-colonel prescrit qu’aucun militaire du 118e ne pourra se rendre à Nice sans une autorisation écrite délivrée par son bureau.
*Le général gouverneur rappelle qu’aux termes du décret du 2 août 1877, le droit de réquisition n’appartient qu’aux autorités militaires munies régulièrement par les soins du général commandant le corps d’armée de carnets de réquisition. En cas de nécessité seulement et sous leur responsabilité, les commandants de détachement ont le droit de requérir sans être porteurs d’un carnet.
*Note du service de santé. – L’infirmerie tient à la disposition des bataillons le sulfate de fer nécessaire pour la désinfection des feuillées ; il est indispensable de créer une feuillée par cantonnement.
*En raison des chaleurs, à partir de ce jour, réveil à 4 h. 30 – exercice matin 5 à 8 h. – soir 15 à 18 h. – Soupe du soir 8 h. 30.
*Beaucoup trop d’hommes sont restés encore ce matin dans les cantonnements et n’ont pas assisté à l’exercice.
*Contrairement aux ordres donnés au rapport du 7 août, les plantons de chaque compagnie coucheront au poste de police. La durée du service sera de 24 h.
*MM. les chefs de bataillon passeront et feront passer par les commandants de Cie une revue très minutieuse des armes, cartouches, etc. Tout le monde présent, sans exception aucune ; il est indispensable de remettre de l’ordre dans les compagnies ; on en profitera pour faire une corvée complète de propreté dans tous les casernements ; bien entendu, quartiers absolument consignés pour tout le monde.
*M. le lieutenant Stéfani est désigné pour remplir les fonctions d’officie d’habillement ; c’est donc à lui que les Cies. devront s’adresser pour toucher les quelques effets qui sont au magasin.
*Le conseil d’administration est constitué à la date d’aujourd’hui ; il se compose du lieutenant-colonel, président, du commandant Martin, du capitaine de La Valette, des lieutenants Berlin et Stéfani.
*Le magasin possède depuis hier une certaine quantité de galons or et laine ; les compagnies pourront en toucher sur bons remis au lieutenant Stéfani.
*Le service de la baignade fonctionnera à partir de demain sous la direction du lieutenant Rambaud, assisté du sergent Brémond de la 5e Cie. et du sapeur Malbois de la CHR. ; chaque bataillon à l’heure de la baignade, aura à sa disposition l’équipe des 4 nageurs qu’il a désignés. Le médecin du bataillon, se baignant, marchera avec son bataillon, la baignade commencera à 5 h. ; un quart d’heure par compagnie environ ; ordres de détails donnés par le chef de bataillon.
*M. le maire de Beaulieu avise le lieutenant-colonel que des hommes ont pris des bateaux dans le port, puis les ont laissé aller à la dérive. D’un autre côté, du bois a été volé à la gare et, enfin des persiennes ont été enlevées à une villa, pour faire du feu. Ce sont là des actes qui, répréhensibles en pays ennemi sont un crime en France. Le colonel traduira immédiatement en conseil de guerre tout militaire qui s’en rendrait de nouveau coupable ; il ne faut pas, pour quelques apaches égarés dans le régiment que le 118e ait la réputation d’une troupe de chapardeurs ou de Joyeux. La police municipale a reçu des ordres très sévères pour empêcher à nouveau ces actes de vandalisme et en arrêter les auteurs.
*Le sapeur Chabanier, de la CHR. a trouvé un porte-monnaie contenant une grosse somme et l’a remis au bureau du colonel où le possesseur pourra le réclamer. Le colonel adresse toutes ses félicitations au sapeur Chabanier à qui sera remis une attestation de son acte de probité.
*MM. les chefs de bataillon donneront des ordres pour que, dans leur cantonnement, les médecins passent chaque jour une visite minutieuse des feuillées et leur rendent compte de l’état de propreté du cantonnement et de ses abords ; signaler les compagnies qui n’auraient pas nettoyé suffisamment le secteur qui leur est affecté.
*Aujourd’hui, pas d’exercice cet après-midi.
*Les compagnies ci-après, remettront demain, au rapport, au bureau du lieutenant-colonel leurs bons de mobilisation : CHR. – 1re – 3e – 5e – 6e – 7e – 9e – 10e.
*Réunion de MM. les officiers aujourd’hui à 18 h. 30 au bureau du lieutenant-colonel.
*Les compagnies pourront se présenter à partir de 15 h. au magasin d’habillement ( poste de police ) pour y prendre les effets qui leur manqueraient. Le lieutenant Stéfani procédera à la distribution contre bons.
*Le soldat Charbonnel ( 6e Cie. ) passe à la section téléphonique et à la CHR. à la date d’aujourd’hui 11 août.
Beaulieu, le 11 août 1914. Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial.
Signé : Nanta.