*Ordre du régiment n° 1
Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats du 118e territorial,
Le régiment est constitué et, malgré quelques défectuosités de détail, prêt à marcher à l’ennemi.
Depuis huit jours, je vous vois à l’œuvre et sais que je puis compter sur votre bonne volonté, votre dévouement, aussi, suis-je sûr, qu’en dépit des imperfections résultant d’une mobilisation précipitée, tous, unis, confiants les uns dans les autres, nous irons au feu, s’il le faut, avec le calme, le sang-froid et l’entrain qui donnent la victoire.
Toujours vous suivrez votre Drapeau qui représente maintenant ce que vous avez de plus cher, ce que vous venez de quitter, famille, foyer, Patrie ; et quand cette guerre que nul ne désirait, mais que nul ne craignait non plus, sera terminée ; quand cette lutte qui sera longue et dure aura cessé ; quand l’Alsace et la Lorraine redevenues françaises de fait, l’étant toujours restées de cœur, auront repris leur place dans la grande Patrie française, quand nos combats et nos succès auront effacé les deuils et les misères de 1870 ; en un mot, quand la France aura pris sa revanche des défaites d’il y a 44 ans, j’espère que dans les plis de notre Drapeau encore vierge, nous aurons le droit d’inscrire un no de victoire.
Beaulieu, le 11 août 1914
Le lieutenant colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta.
*
Ordre du général gouverneur n° 3
Le gouverneur a été saisi d’une réclamation de la part d’un propriétaire d’une maison de la rue Diderot, où un détachement du 115e territorial de passage à Nice a été cantonné et dans laquelle ce dit détachement a commis de véritables actes de vandalisme, détruisant des tapisseries, coupant des fils électriques, etc.
Une enquête est ouverte pour découvrir si possible les auteurs de ces méfaits.
Le général gouverneur rappelle que des actes de cette nature tombent sous le coup du code de justice militaire et que eux qui s’en rendent coupables seront immédiatement traduits devant un conseil de guerre
Le présent ordre sera lu à 3 appels consécutifs dans tous les corps de troupe du camp retranché de Nice.
Le général gouverneur de Nice. Signé : Galopin.
Signé : Nanta.