*A l’avenir, la promenade des chevaux se fera le lundi matin, sur la route de Villefranche, de façon que tous les animaux du corps puissent être visités à 8 h. 15 par un vétérinaire envoyé par la place de Nice.
*Ce soir, retraite en musique à 8 h. 30 ; appel à 9 h. 30.
*Demain, repos ; à 6 h. réveil en campagne par les tambours et clairons sur la place Marinoni.
*Les prix des différentes denrées nécessaires à la consommation sont affichés dans toute la ville ; la troupe est prévenue qu’aucun commerçant ne peut majorer les prix fixés par M. le maire de Beaulieu ; en cas de contestation, réclamer immédiatement à l’autorité militaire.
*Les rassemblements s’effectuent toujours trop lentement ; ce matin le lieutenant-colonel a vu des compagnies quitter leur cantonnement au pas de route pour gagner le terrain d’exercices ; c’est un non sens ; comment un chef peut-il avoir sa troupe en mains, si dès le début, il lui laisse faire ce qu’elle veut ; de plus les serre-files paraissent ne servir à rien alors que leur rôle est maintenant très chargé.
*MM. les chefs de Bon., à partir de la semaine prochaine feront, tous les jours, aux heures fixées par eux, en dehors des exercices, des causeries conférences, à leurs cadres, officiers et chefs de section ; MM. les commandants de compagnie feront de même pour leurs cadres officiers , sous-officiers et caporaux ; ces conférences devront être surtout pratiques, pas trop longues ( ¾ d’heure environ ) et faites au besoin sur le terrain.
*Les sergents Girard ( 11e Cie. ) et Boudon ( 7e Cie. ) détachés auprès du service de l’intendance, seront considérés comme isolés par leur corps et percevront l’indemnité journalière ( avec logement ). Leur couchage sera assuré à Nice au moyen d’un billet de logement chez l’habitant.
*La compagnie de jour fournira pour la surveillance du projecteur de Beaulieu, un poste permanent composé de 1 sergent, 1 caporal et 6 hommes.
*Des efforts individuels ayant été faits pour assurer dans les meilleures conditions de bon marché, l’approvisionnement en denrées des ordinaires des troupes du camp retranché de Nice, le général gouverneur fait connaître qu’il leur sera ouvert à Nice un magasin qui livrera à partir du 13 août des légumes frais et à partir du 15 août, des pommes de terre, à des prix très sensiblement inférieurs à ceux des fournisseurs habituels. Les corps qui n’ont pas passé des marchés pourront s’y approvisionner. Ils feront connaître une fois pour toutes, le taux moyen de leurs demandes par un état adressé dans l’après-midi du 13 août au général gouverneur ( place ). L’adresse du magasin leur sera donnée incessamment.
*M. le chef du 3e bataillon fera de suite, une enquête sur les faits qui se sont passés à l’Ermitage ( cantonnement des 11e et 12e Cies. ) et rendra compte ce soir à 15 h.
*Punition. – B......e, soldat à la 7e Cie., 8 jours de prison % du lieutenant-colonel commandant le régiment : « A été rencontré, ivre et dans une tenue débraillée, dans les rues de la ville. »
*Remise est faite aux compagnies et à MM. les chefs de bataillon de l’ordre général n°1.
Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial.
Signé : Nanta.