*Ordre du régiment n°145

Cassation. – En vertu de l’art. 1er du décret du 13 novembre 1914, le lieutenant-colonel casse de son grade et remet soldat de 2e cl. A la 1re Cie. le caporal Vialis Casimir Justin cl. 1895, matricule 17498.

Le 12 septembre 1915. - Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial. Signé : Nanta

*Il a été rendu compte au général commandant l’armée que des déprédations étaient commises par des militaires dans les vignes. Ces pillages doivent cesser immédiatement ; il est rappelé à ce sujet que personne ne doit sortir des cantonnements sans autorisation écrite.

*Vivres de réserve. – Le général commandant l’armée prescrit qu’une vérification sévère des vivres de réserve devra être effectuée dans toutes les unités. Ces vivres seront complétés immédiatement à deux jours ; on en contrôlera fréquemment l’existence. Les chefs de bataillon feront connaître pour le 20 courant si les vivres de réserve sont bien au complet et en bon état.

*Maréchaux-ferrants. – Le général commandant en chef fait connaître qu’il y a lieu de surseoir au renvoi du front des maréchaux-ferrants appartenant à des formations aux armées, qui seraient demandés pour être détachés dans les usines. Les fiches ouvrières ne devront pas être établies pour des militaires de cette catégorie.

*Employés et clairons. – Le service des tranchées de 1re ligne exigeant un personnel nombreux pour pouvoir diminuer les fatigues imposées aux hommes, le lieutenant-colonel recommande une fois encore aux chefs d bataillon de réduire leurs employés au minimum indispensable ; de plus, tous les clairons, tambours et élèves du bataillon des Marquises marcheront avec leur compagnie, en laissant leurs instruments en consigne au tambour-major qui en sera responsable à Verzenay.

*Médaille militaire. – Les chefs de bataillon remettront pour le 15 au bureau du colonel l’état des militaires susceptibles d’être proposés pour la médaille militaire.

*Bombardiers. – L’équipe des bombardiers quittera Prunay aujourd’hui à 19 heures sous la conduite du sergent Nogier, ira coucher à Verzenay où le commandant de la CHR. leur préparera un cantonnement et se rendra demain matin à la Neuville pour y recevoir, pendant 10 jours, environ, sous la direction du lieutenant Agnel, une instruction particulière ; ils seront placés, à partir du 14 courant en subsistance au 61e et seront munis, par les soins de la CHR. de deux repas sérieux pour la journée du 13 courant.

*Grenadiers. – Le 15, à 6 heures du matin, l’équipe de grenadiers des 5e et 6e compagnies se rendra à la Neuville ; les hommes emporteront leur toile de tente pour camper ; ils seront munis par les soins de leurs compagnies des vivres pour deux jours ; le chef de bataillon donnera à ce sujet, les ordres de détails ; l’instruction durera deux jours ; les hommes rentreront donc à Verzenay le 17 au soir ou le 18 au matin et seront remplacés à cette date, dans les mêmes conditions par les équipes de grenadiers des 7e et 8e compagnies. Le plus ancien sergent des deux compagnies sera chef de détachement ; l’équipe d’une compagnie se compose de 16 hommes, 1 caporal et 1 sergent.

*Pour éviter des chevauchements sur les situations administratives, les téléphonistes détachés aux postes avancés seront nourris sans écriture par les compagnies. En conséquence les compagnies qui ont en subsistance des téléphonistes porteront une mutation de cessation de subsistance le 13 courant et feront toucher les vivres de ces militaires.

Le lieutenant-colonel commandant le 118e territorial.

Signé : Nanta